Tiac...tiac...tiac

Publié le 25 Juin 2012

La lumière est belle ; entre les nuages, les éclaircies sont agréables ; il fait doux et il y a juste un peu de vent. Je laisse quelques instants les rayons du soleil, éphémères, me transmettre leur réconfortante chaleur. Puis j’avance, mon sac de docteur à la main.

J’ouvre le portillon, et pénètre dans le jardinet, simple mais bien entretenu. Je me dirige vers la porte, repère le bouton de la sonnette, sur lequel je presse le doigt. J’essaie de trouver le bon ton pour ce premier contact : assez fort et suffisamment prolongé pour être entendu, mais pas trop agressif… Je dresse ensuite l’oreille, je guète un éventuel entrez docteur, c’est ouvert. Mais cette fois, je n’entends rien. Peut-être le vent m’en a t’il empêché ? Je patiente, j'ai appris qu’avec les années, les choses peuvent parfois prendre plus de temps. Je m’apprête à sonner une nouvelle fois, quand j’entends ce bruit si caractéristique : « tiac… tiac… tiac… », lointain, lent et régulier, « tiac… tiac…tiac… », qui s’approche, « tiac… tiac… tiac », maintenant juste derrière la porte. Le verrou tourne, la porte s’ouvre, et derrière son déambulateur, elle me sourit. « Vous devez être la remplaçante du Dr Enarrêt ? Bonjour, entrez Docteur !»

Commenter cet article